Partenaires

CNRS


Rechercher


Accueil > Accueil > Recherche > Interfaces en matière molle

Microfluidique et application à la biologie

par Vincent Démery - publié le , mis à jour le

Production de plaquettes sanguines en microfluidique

Dans notre corps, les plaquettes sanguines, indispensables à la coagulation, sont produites par fragmentation du cytoplasme de cellules mères appelées mégacaryocytes, grâce aux forces de cisaillement exercées par le flux sanguin.

Au laboratoire, nous avons développé une puce microfluidique qui permet de piéger les cellules mères tout en les soumettant à un écoulement de cisaillement fort. Cette puce est constituée d’une forêt de micropiliers recouverts d’une protéine adhérente. Cette puce microfluidique permet de mimer les conditions physiologiques de production de plaquettes sanguines et libère dans le flux de la recirculation des plaquettes fonctionnelles.
L’enjeu actuel est le changement d’échelle afin de tendre vers des applications thérapeutiques. Ce projet est réalisé grâce à une collaboration avec la startup PlatOD.

Ce travail a fait l’objet d’un brevet international ainsi qu’une publication :
A. Blin, A. Le Goff, A. Magniez, S. Poirault-Chassac, B. Teste, G. Sicot, K. A. Nguyen, F. S. Hamdi, M. Reyssat, D. Baruch. "Microfluidic model of the platelet-generating organ : beyond bone marrow bio mimetics." Scientific Report. 6 : 21700 (2016)

Afin de visualiser les mégacaryocytes piégés dans une matrice plus complexe qu’un dispositif microfluidique, nous sommes en train de développer avec l’équipe d’Isabelle Dusanter du laboratoire de l’INSERM-U1016, une méthode de marquage lumineux des mégacaryocytes. L’objectif de la collaboration est de produire des mégacaryocytes luminescents et de suivre leur peuplement dans des environnements plus complexes.

Personnes impliquées : Sandra Pinto, Kamel Khelloufi, Mathilde Reyssat.